Les désordres affectant des éléments d'équipement dissociables, installés sur existant, relèvent de la responsabilité décennale lorsqu'ils rendent l'ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination. Tel est le cas de dysfonctionnements affectant une installation complexe de chauffage associant une pompe à chaleur et une chaudière relais et qui rendent la maison impropre à sa destination puisqu'elle ne peut couvrir les besoins en chauffage et en eau chaude et que son usage est dangereux pour les occupants. La responsabilité solidaire du fabricant ne peut être recherchée sur le fondement de l'article 1792-4 du code civil que si l'équipement rendant l'ensemble de l'ouvrage…
Des constructions distinctes, ne comportant pas de liens physiques ou fonctionnels entre elles, n'ont pas à faire l'objet d'un permis unique, mais peuvent faire l'objet d'autorisations distinctes, dont la conformité aux règles d'urbanisme est appréciée par l'autorité administrative pour chaque projet pris indépendamment. Ne constituent pas un ensemble immobilier unique deux projets concomitants (l'un constitué de trois bâtiments de logements collectifs, l'autre de treize villas) réalisés en mitoyenneté et en continuité architecturale, ces constructions étant physiquement séparées, alors qu'un local poubelles et des réseaux communs ne suffisent pas à constituer des liens structurels. Alors même qu'elles bénéficient d'un accès mutualisé, ces…
Aux termes de l’article L. 151-14 du code de l’urbanisme « Le règlement peut délimiter, dans les zones urbaines ou à urbaniser, des secteurs dans lesquels les programmes de logements comportent une proportion de logements d'une taille minimale qu'il fixe ». Il est précisé qu’en application de cette disposition, éclairée par les travaux préparatoires de la loi dont il est issu, le plan local d'urbanisme peut imposer, dans les secteurs des zones urbaines ou à urbaniser qu'il définit, que les programmes immobiliers comportent, afin d'assurer une meilleure prise en compte des besoins des familles, une proportion de logements d'une taille minimale, définie…
L'article L. 123-5 du code de l’urbanisme, applicable aux plans locaux d’urbanisme, dispose que : « Le règlement et ses documents graphiques sont opposables à toute personne publique ou privée pour l'exécution de tous travaux, constructions, plantations, affouillements ou exhaussements des sols, pour la création de lotissements et l'ouverture des installations classées ». En application de ces dispositions, les plans locaux d’urbanisme sont opposables aux travaux et constructions régis par la législation sur l’urbanisme ainsi, par dérogation au principe de l'indépendance des législations, qu'aux installations classées pour la protection de l'environnement. En revanche, en l'absence de dérogation prévue par l'article L. 123-5…
Le litige ayant donné lieu à l’arrêt du Conseil d’Etat le 30 mai 2018 est notamment relatif à des parcelles situées en continuité avec un espace remarquable à protéger au sens du premier alinéa de l'article L. 146-6 du code de l’urbanisme, vierges de toute construction et boisées d'essences d'arbres ne présentant aucun intérêt particulier. Pour apprécier si les parcelles en cause présentent le caractère de site ou paysage remarquable à protéger au sens du premier alinéa de l'article L. 146-6 du code de l’urbanisme, l'autorité compétente ne peut se fonder sur leur seule continuité avec un espace présentant un…